Paimpont – L’église

l’Abbatiale Notre-Dame (XIII-XV-XVII-XIXème siècle). L’église, de plan en croix-latine, est une construction du XIIIème siècle, réalisée après l’installation à Paimpont des chanoines réguliers augustins. Au cours de la seconde moitié du XVIIème siècle, les génovéfains, successeurs des augustins, ont conçu un ensemble mobilier remarquable. L’édifice primitif est restauré au XVème siècle sous l’impulsion de l’Abbé Olivier Guiho (1407-1452). Les voûtes du chœur et du transept sont abaissées pour permettre la construction du clocher actuel. Au XVIIème siècle, aménagement intérieur de l’église, destruction des anciens bâtiments monastiques et du cloître, et construction du Grand Logis (XVIIème siècle) et du Logis Abbatial (XVIIIème siècle). Les statues de Saint Augustin, de Sainte Monique, de Saint Mathurin et de Sainte Catherine, ainsi que les deux anges qui entourent Notre-Dame de Paimpont dans la nef de l’église sont des statues baroques du XVIIème siècle. La statue de saint Judicaël, en calcaire, date du XVème siècle. La statue de saint Méen, en bois, date du XVème siècle. La nef est restaurée en 1809. Une galerie est rajoutée au Sud au XVIIème siècle. Le clocher et la chapelle du Rosaire sont remaniés en 1834. Le portail date du XIIIème siècle et comporte deux portes surmontées d’arcs trilobés ainsi qu’une Vierge à l’Enfant et deux angelots. Dans la sacristie (ancienne chapelle), on peut voir les restes des fresques du Moyen Age, une statue de Sainte Anne du XVème siècle, le reliquaire de Saint Judicaël (XIVème siècle). Deux chapelles intérieures : la chapelle du Baptistère (XIIIème siècle) et la chapelle du Saint Sacrement (XVIIème siècle). Les fenêtres de l’église sont du XIIIème siècle. L’église était autrefois entourée d’une litre extérieure et intérieure aux armes des de Montfort, seigneurs de Lohéac qui avaient pris le nom et les armes de Laval depuis 1404. Une des fenêtres du choeur, du côté sud, conservait les armes en bannière de François de Laval, abbé de 1530 à 1554. Les barons de Gaël possédaient dans l’église une chapelle prohibitive appelée “Chapelle des Usagers”. Une autre chapelle sert actuellement de sacristie. La nef, le transept et le choeur sont ornés de boiseries du XVIIème siècle. Le maître-autel en bois et en marbre du XVIIème siècle possède dans son baldaquin une statue très vénérée de la Vierge assise. La chaire sculptée date du XVIIème siècle. On voyait autrefois dans l’église les enfeus des seigneurs de Lohéac et de Maure, des comtes de Montfort, et des abbés de Paimpont.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *