NICOLAS (ARMELLE) dite «LA BONNE ARMELLE»

Elle naquit au village de Quelneuc, en Campénéac, le 19 septembre 1606, fille de Georges Nicolas et de Françoise Néant, cultivateurs fort pieux. Elle avait beaucoup de frères et soeurs et était nièce de Messire Armel Nicolas, recteur de Ploërmel de 1594 à sa mort en 1616. Elle se fit remarquer dès ses premières années par sa dévotion et ses vertus. Elle entra, à l’âge de 18 ans, au service d’une demoiselle de Ploërmel qu’elle quitta trois ans après pour se placer chez M. Pierre le Charpentier du Tertre et sa femme, née Renée de la Coudraye, qui habitaient aussi Ploërmel. Une de leurs filles, Renée, entra en 1650 aux Ursulines de Ploërmel, et une autre, Françoise, ayant épousé vers 1636, Gabriel du Bois de la Salle, châtelain de Roguédas, en Arradon, elle accompagna sa jeune maîtresse à Roguédas et à Vannes, et voulut la servir sans recevoir de gages, par esprit de pauvreté. Madame du Bois de la Salle étant morte à Vannes le 18 octobre 1658, Armelle Nicolas continua à rester au service de son mari et de ses enfants.

Elle mourut à Vannes, en la paroisse Sainte-Croix le samedi 24 octobre 1671. Elle fut inhumée solennellement à cause de la réputation de ses vertus, dans la chapelle des Ursulines de cette ville, entre le maître autel et la grille du choeur, et son tombeau reçut cette épitaphe : « D.O.M. Cy gist le corps d’Armelle Nicolas, appelée communément ” la Bonne Armelle “, décédée le 24 octobre 1671, âgée de 65 ans. R. I. P. ». Son coeur fut déposé dans la chapelle des P. Jésuites. Ce fut le recteur de Campénéac, Messire François le Goaësbe qui prononça son oraison funèbre. En 1832, les Ursulines de Vannes consentirent à céder à la paroisse de Campénéac le crâne de la Bonne Annelle ; il est conservé à la sacristie de l’église de cette paroisse, dans un reliquaire en bois doré, de forme gothique, où il est en vénération. En 1850, la communauté des Ursulines de Vannes fut attribuée aux P. Jésuites pour l’établissement du collège Saint-François-Xavier, et ceux-ci ayant construit une autre chapelle, les restes de la Bonne Annelle furent délaissés ; ce que voyant, Mgr. l’évêque de Vannes, Mgr. Bréal, fit exhumer les restes de la pieuse servante et les déposa dans la chapelle de son évêché en 1876. Enfin l’évêché ayant été volé en 1905 par la République, le corps de la Bonne Armelle fut rapporté dans l’ancienne chapelle des Ursulines devenue chapelle de congrégation du Collège Saint-François-Xavier, le 18 janvier 1909. Le portrait de la Bonne Armelle, peint en 1654, existe dans la chapelle de l’ancien collège des P. Jésuites, actuellement (au début du XXème siècle) collège communal, une copie est aussi dans la sacristie de Campénéac.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *