Campénéac – La chapelle de Saint Jean de l’Ermitage ou des Places

Elle est située à environ 5 kilomètres au N E du bourg de Campénéac, en bordure de la forêt de Paimpont. Elle dépendait anciennement, ainsi que la métairie qui la joint de l’abbaye de St Jacques de Montfort, dont l’abbé avait, à cause d’elle, droit de pacage et d’usage dans le quartier de Haute Forêt, dans la forêt de Paimpont. Cette chapelle fut aliénée en 1568 avec la métairie par le prieur de St Jacques de Montfort en faveur du seigneur de Trécesson ; et cette aliénation fut approuvée par un édit du roi Charles IX en 1568.

Dans la déclaration faite en 1679 par Giles de Trécesson, la terre noble de St Jean ou des places est dite « comprendre une maison et métairie ; la chapelle sous le vocable de St Jean Baptiste, longue de 54 pieds au derrière de laquelle est un petit ermitage ; la fontaine St Jean ; droits de haute justice ; droits à deux foires annuelles tenues en ce lieu les jours de la fête de St Jean Baptiste et de St Jean l’évangéliste ; le tout concédé à Prégent de Trécesson par le Roi Charles IX par lettres royales de novembre 1568 »

Cette chapelle fut habitée jusqu’à la révolution par des ermites ou chapelains ; l’un des ermites, Jacques Rouzeau y mourut en 1639. L’un deux messire Georges Guyomard reçut le 23 mars 1647 de l’évêque de St Malo, l’autorisation de se rendre à Nantes ; il mourut en route près de Noyal-Pontivy où il fut inhumé le 30 septembre 1647. Elle avait pour chapelain en 1677, messire Paul Gervais.

On y remarque des têtes de morts, que l’on prétend être les cranes d’anciens ermites, jadis inhumés dans ce sanctuaire et trois beaux crucifix anciens en buis sculptés, deux statuettes de moines, œuvre probable des ermites. Au milieu de la nef est le tombeau en forme de mausolée de M Bourelle de Sivry, né en 1756, payeur général des guerres à l’armée des cotes de Brest en 1795, nommé en janvier 1797, payeur général du département d’Ile et Vilaine, qui avait été inhumé dans la chapelle de St Jean l’Hermitage le 4 Xbre 1808. Depuis cette propriété est restée dans la famille.

Voici l’acte de décès de M Bourelle de Sivry : Nicolas Bourelle de Sivry, payeur général des dépenses de la guerre propriétaire de Trécesson et autres terres en Campénéac, fils de Jean Bourelle et de Jeanne Person, né à Varennes le 23 mai 1756 département de la Meuse, époux en 1° noce d’Anne Lallement et en 2° de Marie Judith Catherine Martine Guillote décédé le 4 Xbre 1808 à Trécesson, a été inhumé en sa chapelle de St Jean l’Ermitage en Campénéac en présence de M Fleury, vicaire, de Yves François Maufras du Chatelier, de M le Foul, recteur de Campénéac.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *